Potimarron coque

Arbre dénudé, soleil diminué, rayons handicapés, je rumine des vitamines bonne mine.

Le noir alterne avec la nuit, des mouettes grises , en criant, apportent dans un ciel parisien de plomb l’odeur d’iode d’une mer huître et glacial. Je maudis l’automne qui avance vers l’hiver, et rêve de lumières scintillantes, de couleurs pétillantes d’orange, de rouge et de jaune. Les jours raccourcissent et se remplissent de froid et de pluie, je broie du noir.

En cherchant  le soleil à cette saison, je suis passée par les Seychelles, Maurice, les Maldives ou Saint Barth… pour préférer le voyage tendance de proximité  dans mon assiette avec ces soleils d’hivers : Physalis, clémentines, oranges, mandarines, kumquats, Kaki, grenades, citrouilles, potiron ou potimarrons…  J’ai un faible pour la famille Curcubita et ces belles  rondes Peppo, Maxima ou Moschata  à la chair  lumineuse jaune d’or au rouge orangé,  veloutées,  sucrées,  aux notes musquées, noisette ou châtaigne.  On a tendance à les mettre dans le même panier alors qu’elles sont si variées.

La citrouille magique en Carrosse écolo avant-gardiste, le Potimarron, Diva des cuisines et des magazines  avec ses hanches arrondies de toupie, la branche British des  « Butter » qui fait Cheese , l’aristo rouge vif  d’Estampes, l’excentrique  cousine verte de Touraine qui a du fauter  avec une courgette  mais ça remonte à si loin qu’on n’a pas de preuves. Chaque famille a une brebis  galeuse d’Eysines ou un Giraumon turban qui pourrait mal tourner avec son bonnet turc. Heureusement, Be Jack a le premier rôle à chaque Halloween, la Courge Spaghetti est l’égérie  des podiums  Végans et le Pâtisson,  transgenre qui se prend pour un artichaut d’Espagne est sorti des buissons depuis peu.  Comme dans les grandes fratries, on se mélange les pédales dans les noms, on les compare et on dit que le potiron possède un goût plus fin et plus sucré que celui de la citrouille… il vous suffira de les goûter pendant l’hiver qui va débuter pour vous faire votre propre idée. En gratin, soupe, risotto, vapeur, sauté, en chips ou décorative,  elles mettront du soleil et de la bonne humeur dans votre cuisine.  

Ingrédients (pour 2 personnes)  :

  • 1 potimarron de 800g
  • 2 cuillerée à soupe de semoule fine  de maïs
  • 2 noisettes de beurre aux algues
  • 2 œufs coque  
  • Four préchauffé à 150°C

Couper le potimarron en 2 dans la hauteur. Mettre au four non vidé, environ 40’. Vérifier qu’il soit tendre mais ferme. Enlever les graines et les filaments. Je trouve plus facile à retirer cuit que cru. Ajouter une noisette de beurre d’algues, remplir la cavité  à moitié d’eau bouillante.  Ajouter la cuillère a soupe de semoule avec chapeau et remettre au four. Quand la semoule est cuite. Cassez l’œuf et terminer la cuisson. Saler et poivrer.

Mélanger l’œuf et la semoule  et plonger votre cuillère pour déguster ce potimarron Coque, plat complet facile et généreux et plein de couleurs et de vitamines !

Date de l’événement

1 décembre 2021

On en discute ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.